Mercredi 23 avril 2014

Génériques : médicaments du pauvre ?

Les génériques on est « pour » ou on est « contre », moi je suis « contre ». Pourquoi ? Parce que je n’arrive pas à croire qu’un médicament soit identique en tout point à l’original, tout en coûtant moins cher ?!

Si le médicament générique est en tout point identique à l’original comme on nous le rabâche depuis des années, alors pourquoi les médecins généralistes ou spécialistes ne prescrivent-ils pas directement les génériques ?

Pourquoi si les génériques sont identiques à leur équivalent "normal" sont-ils moins cher ?

Et surtout pourquoi après avoir mis, en douceur, sur le marché des médicaments génériques ? Je dis "en douceur" parce qu'au début le patient avait le droit de refuser sans que ça lui coûte un centime, donc aucune méfiance. Malgré la liberté de choisir entre un médicament moins cher, le public préfait l'original ... on se demande bien pourquoi ?

Finalement, un mauvais jour le "tiers payant", jusque là payé par la sécu, a été à la charge du patient qui s'obstinait à refuser le médicament générique. Le « tiers payant » n’est plus pris en charge y compris pour les patients qui bénéficient d’un 100% et ce même si le médecin traitant a spécifié « pas de générique » sur l’ordonnance. C’est nouveau ça vient de sortir ! Jusqu’ici, pour toute ordonnance spécifiant « pas de générique » on bénéficiait du tiers payant.

Le plus ubuesque c’est que pour un même médicament, par ex : l’Aldactone, la boîte à 25 mg bénéficie du tiers payant mais celle à 50 mg non !? Pourquoi ? Sans doute une rebelote du médicament générique qui de gratuit au départ est devenu payant au fil du temps …

J'ai la drôle d'impression qu'on nous fait passer symboliquement à la casserole, comme la grenouille qui meurt ébouillantée parce qu’au départ elle était dans de l’eau froide et n’a pas senti le danger arriver quand l’eau a commencé à chauffer. En fait, ceux qui vivent en dessous du seuil de pauvreté sont les "grenouilles" des laboratoires de recherche pharmaceutiques qui testent "in vivo" certaines molécules dont il étudient d'éventuelles réactions et tout çà en toute impunité ... PIRE ! Avec la complicité de l'Etat !!

L’Etat accepte, pour des raisons bassement mercantiles, que les "pauvres" servent de cobayes gratuitement, ce qui permet aux lobbies pharmaceutiques et par contre coup à l’Etat de se faire un maximum de pognon sur notre dos. Les consommateurs, volontaires ou pas, de médicaments génériques sont passés du stade de « patients » à celui de « cobayes humains » !

Non seulement on ne nous demande pas notre avis, non seulement on ne nous indemnise pas, mais en plus on nout fait payer !

Vive la France !

Contrairement à l’Amérique où les personnes qui servent de cobayes humains sont rémunérés ainsi que celles qui donnent leur sang, en France ces pratiques sont officiellement interdites au nom de la dignité humaine ! C’est beau comme un camion "l’Humanisme" à la française, l’hypocrisie érigée en dogme ! En France, au nom de la "dignité de l'être humain" on ne se sert pas des gens comme de vulgaires cobayes et les donneurs de sang se voient offrir un sandwich (!) c'est que voyez-vous la France a le sens de la "grandeur", de la "générosité", de "l’abnégation" et autres fadaises distillées par des hommes politiques sans vergogne et des lobbies rapaces, les deux s'en mettant plein les poches à nos dépends !

La France prend ses citoyens pour des gogos et le pire c’est que ça leur plait semble-t-il, il n’y a qu’a voir le succès de la grand’messe du Téléthon et de tous ces divers appels indécents à la charité publique organisés par un Etat qui n’a rien trouvé de mieux que de confier le social a des associations humanitaires ! 

Vive la France !

Pour combler le pseudo « trou de la sécu » on nous fait payer ce qui hier était gratuit pour les citoyens désargentés. Sarkozy a supprimé les aides sociales de proximité et Hollande n’a pas l’intention de les rétablir, au contraire ! La qualité des soins de la France à l'heure actuelle vaut la politique de désertification des campagnes qui continue de plus belle ! Malheur à ceux qui vivent trop loin des villes, dans les campagnes les hôpitaux, cliniques, centres de santé ferment les uns après les autres au nom d'une politique mortifère de décentralisation !

Quant aux médicaments, tôt ou tard, on va nous obliger à les payer, même si on n’a pas les moyens de le faire ! Comment vont faire ceux qui, comme moi, touchent une petite retraite qui les situe en bonne place en dessous le seuil de pauvreté mais que la rouerie des hommes politiques a placé juste au-dessus de la ligne qui donne droit à la CMU et qui n’ont pas les moyens de s’offrir une assurance complémentaire santé ?

Avant 2012 le dispositif de ce qui s’appelle le « tiers payant » ne s’appliquait pas sur tout le territoire, mais avec l’arrivée de la gauche libérale, qui n’a plus rien de social (le Parti "Socialiste" devrait trouver fissa un autre nom !) le tiers payant est appliqué sur tout le territoire !

Vive la France !

En clair, les "riches" pourront se soigner à leur convenance tandis que les "pauvres" n'auront pas le choix et pire, ne pourront peut-être plus se soigner du tout ! 

Beaucoup d’entre nous sont méfiants envers les génériques, au point que certains ne les supportent pas, persuadés que ces remèdes ne sont pas aussi semblables à l’original qu’on veut leur faire croire.

Et nous avons raison de nous méfier !

Comme je le dis plus haut, il apparaît de plus en plus que les génériques expérimentent bel et bien de nouvelles molécules sur le consommateur, ce qui du coup le fait passer du stade de « patient » à celui de « cobaye » et cela, comme dirait Virenque : à l’insu de son plein gré !

C’est la conclusion que l’on peut tirer de l’analyse en image faite par ce pharmacien qui comme tous les pharmaciens nous veut du bien… évidemment … là encore lisez attentivement ICI

En ce qui me concerne certains passage boostaient mon taux d’adrénaline, comme celui-ci par ex : Les médicaments génériques remplissent un rôle nécessaire dans la société ils permettent aux personnes moins fortunées de se procurer les médicaments dont elles ont besoin. A part d’être bouché à l’émeri on comprend que les génériques sont destinés aux "pauvres" qui devraient, le sous-entendu est limpide, dire « merci » qu’on daigne les soigner avec des sous-produits !

Durant des décennies il n’y avait eu ni riche ni pauvre en France face aux soins nécessaires à soulager ou guérir nos maladies, nous étions tous égaux quels que soient nos revenus !!!

Et voilà qu’en 2014, au nom de la crise et ses conséquences, on fait le tri entre les riches et les pauvres, vraiment, quelle belle avancée sociale n’est-ce pas ?

- Oui ! Il y a des différences avec les médicaments génériques et même entre les médicaments génériques eux mêmes !

                 

- Oui ! Les médicaments génériques peuvent être dangereux si le pharmacien vous refile ce qu’il a en stock comme génériques, sans se soucier de ce qui vous a été donné auparavant ! Chaque générique a un nom et il ne faut pas passer de l’un à l’autre sous prétexte que « c’est pareil » parce que NON ! ce n’est pas pareil 

                 

Quand on sait les bénéfices indécents que se font les laboratoires de recherche pharmaceutiques, les libertés que se prennent depuis quelques décennies ces laboratoires qui ont perdu toute déontologie, toute compassion, tout sens de l'Humain au point d’inventer le terme de « maladie orpheline »  pour justifier le fait de ne pas faire de recherche pour guérir certaines maladies, sous le prétexte indigne que les malades n’étant pas assez nombreux la recherche d’un médicament ou d’un vaccin ne serait pas assez « rentable », il y a de quoi avoir la nausée de voir que non content de les stopper, les gouvernement français, de droite comme de gauche, sont complices de ces comportements infâmes !

Oui ! On est pris de nausées quand on constate que l’Etat français, ce pays jadis réputé pour la couverture sociale dont bénéficiaient ses concitoyens, est en train de transformer la Santé en une entreprise qui ne doit plus ses performances à la qualité de ses soins mais aux bénéfices que doit fait la SS quand elle aura comblé son fameux déficit ... vous savez, ce fameux "trou" qui n’existe que dans les discours mensongers de nos politiques, comme le prouve cet article que je recommande à votre attention ICI  

Au final, cette obligation d'imposer les médicaments génériques aux plus pauvres d'entre nous confirme l’idée d’une médecine à deux vitesses et donne l’impression que pour la santé comme dans d’autres domaines, le fossé se creuse de plus en plus entre les « riches » et les « pauvres ».

Aux "riches" le droit d’accéder aux meilleurs soins, aux meilleurs produits, aux meilleurs centres de soins, aux meilleures assurances santé et aux "pauvres" le droit de subir et de se taire !

Bons génériques et bonne mort !

  

    double clic pour

    Retour haut de page

 

Tweet