samedi 5 octobre 2013

    LAISSONS LES OURS ET LES LOUPS VIVRE TRANQUILLES,

    DANS LEURS FORÊTS DE SLOVÉNIE OU D'AILLEURS

    J’ai publié "Les ours et les loups victimes de nos fantasmes" le 4 novembre 2008. Cet article fait parti de ceux que je n’ai pas voulu perdre en supprimant mon blog, car mon opinion sur la réintroduction des ours et des loups en France est restée la même : je suis contre !

    À la suite de cet article il y a d’autres publications sur ce thème qui me tient tellement à cœur.

     

    Maman ours allaitant ses petits

    Les ours et les loups victimes de nos fantasmes

    4 novembre 2013

    Avec cet article je vais sans doute faire grincer les dents à nombre de mes ami(e)s qui, comme moi, adorent les animaux au point de s'investir pour les défendre et ne comptent pour cela ni leur temps ni leur peine.

    Il s'agit du programme de réintroduction des ours et des loups sur le territoire français. 

    Personnellement je suis contre ! 

    Pourquoi ? 

    Justement parce que j'aime les animaux ! 

    J'ai le cœur qui saigne chaque fois que je vois un reportage sur le lâcher d'un malheureux ours dans notre campagne française. Comment ne pas être consternée par l'affolement de l'animal, qui ne sait plus où il est ni où aller ? La dernière de ces pauvres bêtes, aujourd'hui victime comme ses congénères dans la même situation, de la cupidité meurtrière d'un chasseur, se précipitait même du côté des habitations qui se trouvaient à proximité au lieu de se diriger vers le haut en direction de la forêt. Je me demande encore pourquoi le lâcher s'était effectué si près du village ?! 

    Finalement l'ourse terrifiée par les hurlements de ses "amis" qui l'incitaient ainsi à changer de cap, a trouvé le "bon" chemin et s'est enfuie dans la nuit, vers des territoires totalement inconnus et, la suite nous le prouvera, carrément hostiles.  

    Pour une raison que j'ignore et que je préfère continuer d'ignorer le lâcher s'est fait de nuit, ce qui rendait le désarroi de cette petite ourse encore plus poignant. 

    Comme ses congénères avant elle, cette pauvre bête est aujourd'hui défunte d'un coup de fusil tiré en état de "légitime défense" par un chasseur dont la décharge a atteint le "fauve" dans le dos (sic!). 

    Ce détail importantissime nous pousse donc à conclure que les ours auraient adoptés une nouvelle et bien singulière méthode d'attaque qui consisterait à se précipiter à reculons sur leur proie ... bizarre, bizarre ... 

    Les chasseurs "victimes" des ours qu'ils ont pulvérisés à coup de fusil pour se "défendre" ont tous été relaxés par la Justice française, pas la moindre petite sanction, ni amende ou retrait de permis de chasse, rien de chez RIEN ! 

    Je ne sais combien d'ours ont été ainsi massacrés en toute impunité par des chasseurs mais aussi des bergers, ce que je sais c'est qu'il faut arrêter d'arracher des ours à des territoires où ils vivent en paix, grâce aux vastes étendue de ces forêts des pays de l'est où nous allons les capturer pour "leur bien", afin de les réintroduire dans nos forêts dont pas un m2 n'est resté sauvage !! 

    En France l'homme est partout, pas un sentier, un rocher, un sommet, une forêt, une clairière qui ne soit visités quotidiennement par des employés des Eaux et Forêts ou des randonneurs ou des chasseurs ou des bergers etc...

    Les ours et les loups victimes de nos fantasmes  

    Les ours sont des animaux timides, qui ne peuvent s'épanouir et être heureux que dans des sites parfaitement sauvages, à l'écart de la civilisation. 

    Au lieu de cela on abandonne ces pauvres cobayes, car ils ne sont rien d'autres que des cobayes, uniquement pour satisfaire un fantasme de "réhabilitation des espèces disparues" qui taraude certains nostalgiques d'un temps définitivement révolu. L'intérêt de l'animal est totalement mis de côté et ces pseudo amoureux de la nature oublient que les ours et les loups sont restés, dans le subconscient collectif, des animaux nuisibles et dangereux. On connaît la suite ! 

    Les chasseurs ne résistent pas au plaisir de se payer une chasse à l'ours et les bergers hurlent "au loup !" ou "à l'ours !" chaque fois que leurs troupeaux sont attaqués. Régulièrement deux camps s'affrontent, les "pro" et les "anti" leurs affrontements étant abondamment relayés par les médias. 

    Tout çà est lamentable car celui qui trinque c'est l'animal, c'est lui et lui seul qu'on maltraite et qu'on assassine ! Les ours et les loups n'ont jamais essayé de revenir sur un territoire d'où on les a chassé voilà déjà bien longtemps, ils ont trouvés d'autres sites plus cléments où se reproduire et vivre tranquille, laissons-les vivre en paix ! 

    On ne saura jamais si les troupeaux de brebis sont décimés par des ours, des loups ou des chiens sauvages ou ... par autre chose (sic!) que je laisse à l'imagination de chacun de deviner. 

    On ne saura jamais si les ours représentent vraiment un danger pour l'homme, personnellement je suis persuadée que "non" mais bon, je n'ai pas la vérité infuse, par contre on sait ce qui se passe avec les sujets qu'on a tenté de réintroduire, ça finit très mal pour eux ! 

    Alors ? Doit-on continuer un programme qui soulève autant de polémiques et dont le bien fondé n'est pas avéré c'est le moins qu'on puisse dire ! 

    La démarche de réintroduire des ours et des loups en des lieux où ils se trouvaient jadis, quand la France était quasiment une seule et même forêt hostile à l'homme, c'est oublier que cette forêt n'existe plus ! A l'aube du 3e millénaire l'immense forêt de jadis s'est réduite comme une peau de chagrin, morcelée en des sortes de grands parcs, civilisés à l'extrême et absolument inaptes à la vie harmonieuse d'espèces sauvages aussi particulières que les ours et les loups. 

    Vouloir réintroduire ces animaux magnifiques sur des territoires devenus totalement inadaptés à la vie de certaines espèces sauvages me semble égoïste, utopiste, illusoire et d'une grande cruauté de la part de personnes qui disent aimer les bêtes.   

    Amis des animaux, ne nous trompons pas de combats !  

    Autres articles sur le même thème récupérés sur mon blog.

    1 novembre 2010

    Encore un ours victime de l'idiotie des Hommes, celui-là s'appelait "Camille"

    Le Fonds pour la protection des animaux sauvages (Fapas), considère que Camille, le dernier ours autochtone des Pyrénées est désormais mort. lire ici ...

    Camille n'a plus donné de signes de vie depuis de nombreux mois, selon cette association espagnole.

    Une association qui, dans un communiqué, indique que « La France et l'Espagne sont parvenus à ce que disparaisse totalement la population d'ours autochtones des Pyrénées ».

    Camille était connu en France sous le nom « Aspe Ouest », rappelle La Semaine des Pyrénées.

    Il était le dernier ours originaire des Pyrénées.

    Depuis le milieu des années 1990, le territoire de Camille se situait principalement entre les hautes vallées de Navarre et d'Aragon, en Espagne, avec quelques rares incursions, en rive gauche de la haute vallée d'Aspe ou en vallée de Barétous, en France.

    Camille était âgé de plus de 25 ans.

    Cannelle, la dernière ourse pyrénéenne, a été tuée en 2004 par un chasseur.

    La vingtaine d'ours vivant dans les Pyrénées, en France et en Espagne, ont été réintroduits de Slovénie.

    Selon l'association espagnole "Ecologistas en accion" la dernière photo prise de Camille, date du 5 février dernier.

    Une association qui ajoute que l'absence depuis cette date de traces du plantigrade et d'attaques de brebis qui pourraient lui être attribuées "certifie pratiquement la mort" de l'ours, ce qui confirme "le plus noir des présages".

    De son côté, le Fonds d'intervention éco-pastoral (Fiep) estime que la mort de Camille "équivaut à la disparition de la présence permanente de l'ours dans les Pyrénées occidentales espagnoles, donc à son extinction".   

    Ce que j'en pense :  

    Reste à espérer que cette triste annonce finira par convaincre les écolos et les pseudos "amis" des animaux que s'acharner à réintroduire des ours chez nous est une utopie et surtout un acte de cruauté envers ces pauvres ours, qu'on arrache à leur site d'origine pour les installer dans un lieu hostile, la France, où ils n'ont aucune chance de survie.

    Si les écolos et les autres ont des états d'âme ce n'est pas aux animaux sauvages, massacrés par des générations de crétins, de payer le prix fort !

    La nature saura réintroduire les animaux dans notre pays si, durant plusieurs décennies, voire plusieurs siècles, nous sommes capables de ne plus assassiner les animaux sauvages, victimes d'une image de "fauve" dans le subconscient collectif.

    Il faut laisser le temps au temps !

    N'en déplaise aux adeptes de la réintroduction, précipiter les choses ne sert à rien qu'à se faire plaisir, si tant est qu'on puisse avoir du plaisir à lâcher dans nos montagnes pyrénéennes un malheureux ours terrifié par sa capture, son transport et un environnement inconnu et ce pour finir, immanquablement, sous les balles d'un chasseur qui ne sera même pas puni !